Janvier 2019 - Parole d'expert

Les métiers IT qui recrutent en 2019

Le marché du travail autour des systèmes d’information se restructure autour de nouvelles compétences tout en renforçant certaines compétences existantes. Sur un marché en plein essor, les opportunités sont nombreuses en 2019 dans les entreprises qui vont devoir créer de nouvelles divisions ou les étoffer. Première région pourvoyeuse : l’Île-de-France avec plus du tiers des offres d’emploi. Viennent ensuite l’Auvergne-Rhône-Alpes (11 %), les Pays de la Loire (7,5 %), l’Occitanie (7 %) et la Bretagne (5 %). Resadia, 1er Groupe d’experts IT dresse la liste des métiers IT de demain.

 

Wide Angle View Of Busy Design Office With Workers At Desks

 

Développeur Web & applications mobiles

Aussi appelé programmeur, son rôle est central depuis l’apparition de l’informatique. Concevoir, programmer, développer et améliorer des logiciels constituent son quotidien. Ces dernières années, les spécialités «  développement Web » et « Applications mobiles  » ont connu une forte croissance qui va se poursuivre. Cependant, en 2019, la demande sera plus soutenue pour la spécialité IoT (Internet of Things). Cette année sera également marquée par l’arrivée massive de l’Intelligence Artificielle dans le domaine de la programmation. Elle permettra d’automatiser le processus de création avec notamment des tests menés en autonomie. La détection des bugs se fera plus rapidement et la résolution d’une partie de ces bugs sera elle aussi automatisée. Il reste néanmoins du chemin à parcourir avant que la prévision de Gartner, qui estime qu’en 2022, 40 % des applications pourront être créées par des « non-professionnels » grâce à l’Intelligence Artificielle, ne se réalise.

 

Le data analyst

Le Big Data est en plein essor : les entreprises et les États récoltent une masse de données hétéroclites. Pour extraire ces données du Big Data, les analyser et les restituer sous la forme d’indicateurs clairs, il faut un spécialiste. C’est le rôle du data analyst. Informaticien de formation, il a également de solides connaissances en statistiques. Les informations fournies par le data analyst sont stratégiques : elles permettent aux entreprises de définir les produits à proposer aux clients en fonction de leurs besoins, la stratégie marketing à adopter ou les améliorations à apporter au processus de production. De plus en plus, il aura recours à l’Intelligence Artificielle pour se faire aider dans son travail. L’IA est capable de traiter d’importants volumes de données plus rapidement et de fournir une première analyse qui sera affinée par le data analyst.

 

Le spécialiste du cloud computing

Si le cloud se développe depuis quelques années, il n’en est qu’à ses balbutiements. La croissance devrait continuer à être forte dans les années à venir pour cette technologie qui permet de stocker applications et données sur le Web plutôt que dans les entreprises. Gage d’une meilleure sécurité, d’une sauvegarde solide et d’une réduction des coûts, le spécialiste du cloud est plutôt rare. Spécialisé dans l’architecture réseau, il devra être polyvalent, posséder des connaissances en sécurité des données, en virtualisation et maîtriser les bases de données.

 

L’architecte de base de données

Big Data, cloud computing, IoT, toutes ces nouvelles technologies n’existeraient pas sans bases de données. Sans elles, impossible de stocker de l’information, de la gérer et surtout de la rendre accessible. Le poste d’architecte de base de données est devenu indispensable. C’est lui qui conçoit, gère et administre les systèmes de gestion de base de données ; il garantit la cohérence, la qualité et l’accessibilité permanente des informations. En 2019, il œuvre plus particulièrement dans le domaine du cloud computing, mais ses compétences sont utiles dans quasiment tous les secteurs des nouvelles technologies. Entre la création de nouveaux projets, la veille technologique et la migration d’anciennes bases de données vers les standards actuels, les tâches de l’architecte de base de données sont multiples.

 

Le responsable en cybersécurité

Dans un monde où tout est interconnecté et en liaison constante, l’entreprise n’échappe pas à ce phénomène d’hyperconnectivité. Ses systèmes informatiques sont souvent en relation et communiquent largement avec l’extérieur. La coupure de ces échanges ou bien l’intrusion d’une personne malveillante peut conduire à la catastrophe pour l’entreprise (espionnage industriel, perte de données, ransomware, arrêt de l’activité, etc.). Le responsable de la cybersécurité doit éviter cela. À l’aide de procédures automatisées, de veille technologique, de chiffrage des données et autres, il déjoue les cyberattaques et empêche ainsi les vols de données. Son rôle est vital pour de nombreuses entreprises.

 

L’architecte réseau

Les révolutions à venir dans les domaines de la robotique et de l’IoT doivent inciter dès aujourd’hui les décideurs à améliorer la qualité du traitement de l’information. Que ce soit dans l’industrie ou au niveau des territoires, les architectures réseaux actuelles ne sont pas adaptées aux besoins de demain (véhicule autonome, « villes intelligentes », robotique, etc.). La superposition des différents réseaux de communications (4G, 5G, Fibre optique, ADSL, réseaux spécifiques) place l’architecte réseau au cœur de cette révolution. Il est l’intervenant incontournable pour planifier, concevoir et superviser l’ensemble des problèmes liés à l’échange d’informations entre tous les objets connectés.

 

Le spécialiste blockchain

Les compétences technologiques du spécialiste blockchain regroupent des connaissances déjà existantes : le code, la sécurité informatique, l’administration des réseaux. La blockchain faisant appel au chiffrage, il faut une forte fibre mathématique pour modéliser les concepts cryptographiques à mettre en œuvre. Cette technologie étant encore récente, le développement de projet se fait plutôt en équipe dans laquelle collaborent plusieurs métiers.

 

Le DPO (Data Protection Officer)

La fonction de DPO est nouvelle en France. Jusqu’alors, certaines entreprises avaient recours à un CIL (Correspondant Informatique et Libertés), un intervenant qui a un accès privilégié aux services de la CNIL pour gérer les questions de protections de données personnelles. L’article 37 du RGPD oblige les opérateurs collectant ou sous-traitant des données de désigner un DPO s’ils traitent des données personnelles pour le compte d’un organisme public ou en grand nombre. Concrètement, les CIL vont se transformer en DPO et ils vont voir leurs prérogatives s’élargir. La protection de la vie privée étant l’une des préoccupations principales concernant le monde numérique, ce rôle va prendre de l’importance.

 

Le Community Manager

Ce métier devient incontournable. De plus en plus d’entreprises utilisent les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs clients, fournisseurs et partenaires. Aujourd’hui, l’information est immédiate. La moindre erreur de communication (ou une mauvaise interprétation de l’information) sur Facebook ou Twitter peut avoir des conséquences catastrophiques. C’est ici qu’intervient le Community Manager. Il a en charge la qualité de la communication d’une entreprise sur le Web et veille à l’intégrité de la marque en ligne. S’il n’a pas suivi une formation en informatique, il connaît bien les rouages d’Internet et des réseaux sociaux et il a déjà fait ses preuves dans les métiers de la communication.

 

—–

 

Resadia c’est 30 sociétés qui recrutent tout au long de l’année des Experts IT dans les domaines du Cloud, de l’Opérateur, des Réseaux, du Télécom, de l’Informatique et de la Sécurité. 
Intégrer Resadia, c’est rejoindre une aventure humaine basée sur le partage et la créativité, en évoluant dans un secteur innovant et dynamique.

Postulez en remplissant le formulaire en ligne

Sources :
https://diplomeo.com
https://www.village-justice.com
http://etudiant.aujourdhui.fr